Želimir Žilnik

zelimir_zilnik_web.jpg

Zelimir Žilnik (1942) est un réalisateur serbe qui vit à Novi Sad. Depuis la fin des années 60, ses films et ses documentaires engagés socialement dans l’ex-Yougoslavie et son style visuel unique ont été salués par la critique (Early Works, Ours d’Or du Meilleur Film à la Berlinale de 1969), mais dans les années 70 il a également subi la censure pour sa courageuse critique du système politique. Des films à petit budget et des thématiques politiques exigeantes caractérisent le travail prolifique de Žilnik qui inclut plus de cinquante films de fiction, documentaires et des courts métrages. Depuis les années 80, il développe son langage original de docu-drame qu’il a utilisé aussi au cours des années 90 pour réfléchir aux tensions dans les Balkans. Depuis 2000, son intérêt s’est déplacé des Balkans aux questions des contrôles plus stricts aux frontières de l’Europe et à la thématique complexe des réfugiés et des migrants avec Fortress Europe (2000), puis la trilogie Kenedi Goes Back Home (2003), Kenedi: Lost and Found (2005) et Kenedi is Getting Married (2007). Après avoir développé des projets comme The Old School of Capitalism (fiction, 2009), One Woman – One Century (documentaire, 2011) et Pirika on Film (docu-drame 2013), il revient au sujet de l’immigration dans le film primé Logbook of Serbistan.